À propos

Collectif d’architectes fondé en 2001 parJulien Choppin et Nicola Delon, Encore Heureux revendique une pratique généraliste pour concevoir des bâtiments, des installations, des jeux ou des expositions… A la croisée des genres, au travers d’un enthousiasme critique, ils imaginent des conditions et créent des situations pour habiter la complexité du monde. En 2016 Sébastien Eymard rejoint l’aventure comme troisième associé et l’équipe s’agrandit pour rassembler une quinzaine de concepteurs d’horizons variés. Pour qu’Encore Heureux rime avec exigence et lucidité, optimisme et engagement…

SOYONS GÉNÉRALISTES
Nous croyons intensément à la nécessité de relier les choses, les hommes et les situations, à rebours d’un monde devenu de spécialistes. Nous refusons les étiquettes et les codes barres profes­sionnels censés renseigner sur la marchandise et orienter, sur les rayonnages, le choix du commanditaire vers l’artiste, le décorateur, le designer, le scénographe, l’architecte d’intérieur, le graphiste, le web designer, le paysagiste, le styliste ou l’architecte. Nous n’avons évidemment pas la prétention d’être tout cela à la fois. Cependant, partisans d’une méthodologie sensible et ouverte et d’une dynamique collective faite d’alliances multiples et joyeuses, nous nous revendiquons « généreux généralistes », et considérons cette approche comme la seule susceptible de nous faire prendre la juste mesure de problématiques toutes spécifiques.

CULTIVONS LES DÉSIRS
Chaque question posée, chaque contexte, chaque histoire est par définition unique et nécessite par conséquent une réponse singulière. Réinterroger les besoins et les envies du commanditaire à chacune des étapes du travail s’avère la condition sine qua non de la réussite d’un projet : les désirs ainsi cultivés, précisés, réaffirmés, aiguilleront notre travail qui ne cessera de trouver en eux des caps, des repères, des balises d’orientation. Nous imaginons alors notre mission de concepteur comme celle d’un guide de haute montagne qui, par les che­mins escarpés de la réalité, se doit d’accompagner ces désirs à bon port. Pour ce faire, nous garderont permanente l’ambition de trouver de nouveaux parcours plus sûrs, plus beaux et plus rapides.

ENGENDRONS L’INATTENDU
Notre équipe s’avère un territoire fertile d’où émergent d’innombrables possibles. Ces visions multiples s’augmentent de sources d’inspiration issues tant du monde de l’art contemporain que de l’architecture vernaculaire. Le processus de travail consiste en des aller-retour entre ces imaginaires débridés et différentes formes de modélisations, entre stimulations et simulations. En chemin, il nous faudra passer par la miniature, par la maquette en carton, par la vue d’ensemble comme de détail, par ce jeu d’échelles dont la magie nous fait redevenir enfants, et nous fait voir toujours autrement ce qui ne doit cesser d’éveiller notre curiosité.

PENSONS PLUS POUR CONSOMMER MOINS
S’il n’y a pas de construction sans matériaux, et donc sans destruction et consommation, il n’y a pas de projet juste et économe sans dépense redoublée d’imagination. Nous considérons comme non seulement possible mais nécessaire l’invention d’autres modalités de construction : économiquement et écologiquement sobres, et par là même riches de sens et d’imaginaires nouveaux. Chaque contexte offre mille ressources que seule une analyse fine et systématique peut révéler. Chaque situation regorge d’objets, de mémoires, de matières vives et sédimentées à utiliser comme on magnifie. La justesse d’un projet résulte à nos yeux d’un savoir composer avec ce qui existe ici et maintenant, d’un savoir raconter de nouvelles histoires avec un présent à toujours réexplorer, pour mieux s’y inscrire.

ENVISAGEONS L’AVENIR
Un projet ne s’approprie réellement que dans le temps : si les matériaux peuvent s’user avec bonheur, le plaisir et le confort que les constructions offrent ne doivent cesser de se renouveler. Nous ne pouvons concevoir une forme, un objet, un bâtiment sans anticiper leur devenir pour qu’ils demeurent souples, riches de nouvelles potentialités, porteurs d’expériences de vie toujours à découvrir. L’inauguration signe un commencement, non une fin. Elle marque une étape dans le cours d’une histoire dont les concepteurs que nous sommes demeurent coresponsables, par définition et conviction. Car aujourd’hui plus que jamais, les architectes ne peuvent se dérober à la responsabilité du monde qui advient, et donc à la nécessité d’imaginer ce qui, demain, doit exister.